Retour

Filer au rouet

 

On attribue généralement l'invention du rouet à un allemand, sculpteur sur bois au cours du 16ème siècle. Avant cette invention, on filait essentiellement au fuseau, procédé qui ne permettait qu'un travail trés lent.

Il faut en effet combiner deux actions distinctes : tordre le fil et l'enrouler. Avant le véritable rouet, on utilisait la grande roue irlandaise qui n'était en fait qu'une version agrandie du fuseau, car c'est à la main qu'on fait tourner la grande roue qui entraîne un fuseau. La filandière doit tour à tour tourner la roue et enrouler le fil tordu sur la bobine.

L'invention du rouet permit de tordre et enrouler simultanément le fil, accélérant ainsi considérablement le travail.


La grande roue irlandaise,
avant l'invention du rouet.

Le rouet est équipé d'une pédale qui permet de garder les deux mains libres pour tirer les mèches des boules de laine cardée. Ceci permet non seulement de travailler plus vite, mais aussi de filer un fil plus fin.


Le véritable rouet

Les dimensions et formes du rouet varient selon le pays ou la région d'origine mais présentent tous les mêmes caractéristiques : une roue actionnée par une pédale, un épinglier, et une bobine sur laquelle s'enroule le fil.


A- épinglier / B- bobine

Nous vous indiquerons à la fin de cet articles des adresses Internet de fabricants actuels de rouets.

Nous n'aborderons pas ici l'étude des différentes laines et toisons, que l'on retrouvera ailleurs sur le site.

Avant de filer la laine, il faut la préparer en la triant, nettoyant et cardant.

Le tri est nécessaire si vous disposez d'une toison de mouton entière, telle qu'elle se présente quand il vient juste d'être tondu. Le tri permet la sélection des parties les plus belles de la toison. La laine du dos, des flancs et des épaules est de meilleure qualité que celle du ventre et des pattes, plus sale et plus rêche.

La laine brute est généralement sale et grâce, mais il ne faut pas vous laisser rebuter. Il est possible d'acheter de la laine propre, dégraissée et prête à filer. Elle sera plus chère et ce serait se priver du plaisir de la traiter complètement. De plus il est plus facile de filer une laine en suint (grasse) que désuintée (dégraissée). Le nettoyage, à ce stade consiste à secouer la laine, lui retirer brindilles et chardons qui y sont accrochés. La laine peut-être teinte avant ou après filage.

Le cardage de la laine consiste principalement à peigner la laine et séparer ses fibres en les rendant parallèles les unes aux autres. On commence par la peigne et la faire gonfler avec les doigts, puis on urilise des cardes à main. Ces cardes ressemblent aux brosses que l'on utilise pour nettoyer le poil des chiens...

. ..

Dès que les boules de laine cardées sont prêtes, mettez-vous au travail. La plus grande difficulté que rencontre le débutant est d'arriver à contrôler simultanément la pédale avec le pied et le fil avec les mains. Ne vous découragez surtout pas. Avec de la patience et de la bonne volonté, vous progresserez rapidement et au bout de quelques heures vous serez à l'aise et fier de vous...

Avant de commencer, exercez-vous à ne faire tourner que la roue à l'aide de la pédale. Habituez-vous à la faire tourner assez lentement, avec régularité, sans à-coups. Insistez, ça va venir, obligatoirement !

Même les fileuses les plus expertes se souviennent de leurs débuts malheureux.

Pour commencer le filage, attachez du fil solide à la bobine et passez-le derrière l'un des crochets de l'épinglier (voir photo ci-dessus). Enfilez ensuite le fil dans le trou du fuseau (photo ci-dessous)

Faites tourner la roueen tenant le fil bien tendu dans la main gauche. Le fil est entrainé vers la bobine et il faut le maintenir fermement pour l'empêcher de s'y enrouler. Tenez une boule de laine à coté du fil, et la torsion qui s'exerce sur le fil va se propager sur les mêches de laine que vous tirez. Le filage commence. Tout en faisant tourner la roue lentement avec le pied, maintenez solidement le fil qui se forme entre votre pouce et votre index de la main gauche, et tirez doucement les mèches de la boule de laine à l'aide de la main droite. Le temps et l'expérience vous amèneront à combiner ces deux mouvements en un seul, automatique, par lequel vous maintiendrez le fil qui se tord en tirant les mèches.

Les crochets de l'épinglier servent à répartir uniformément le fil de laine sur la bobine. Vous ferez passer le fil d'un crochet au suivant au fur et à mesure du remplissage de la bobine.

Il est facile de filer de grosses laines irrégulières, mais seule l'expérience vous permettra de filer fin et régulier.

Vous pourrez filer un nombre infini de fils variés, et également jouer les les mélanges de couleurs si la laine est déjà teinte, et de nuances si la laine provient de toison bicolores ou de plusieurs toisons de teintes différentes.


Variétés des teintes de toisons

Vous trouverez sur ce site une impressionante variété de rouets et
matériel de filage mais aussi de tissage : http://www.woolery.com/