Retour


GLOSSAIRE DE SAUVEGARDE DU JARGON DES TISSEURS A BRAS LYONNAIS.

Ce glossaire n'est pas exhaustif et est complété au fil du temps.

Actuellement 197 termes

 

Accocas

Crémaillières en bois de noyer, fixées horizontalement aux flancs des estases du métier lyonnais et auxquelles est suspendu le porte-battant. Permet un réglage en avant ou en arrière de la position du battant.
Agnolet Petit tube de verre placé dans le trou de sortie du fil de la canette sur le flanc de la navette. Il sert à éviter le frottement du fil de trame sur le bois de la canette. Expression : Siffler le bout = attirer au moyen d'une forte aspiration de la bouche, le bout (fil) de la canette au travers de l'agnolet.
Aiguille Petite tige de métal repoussant le crochet de la mécanique lorsqu'elle est elle-même repoussée par le carton non percé (laissé).
Aiguille à décomposer Aiguille droite ou courbe utilisée pour analyser un tissu.
Alexandre (bobine) Tube en carton servant de support de fil.
Allonge Voir jointe
Ame Les fils précieux d'or ou d'argent sont composés d'une lame enroulée sur une âme (fil de soie).
Annelet Petit anneau de verre ou de métal, fixé sur le devant de la navette et dans lequel passe le fil de trame
Appareillage Action d'appareiller, c'est à dire placer tous les maillons à une hauteur égale
Appond Brin servant d'allonge
Arbalète Défaut de tissage produit par un noeud sur un fil de chaîne qui retient la trame au moment de la frappe du peigne.
Arcade Ficelle de lin commandant la levée des fils dans un tissu façonné. L'arcade (ou corde) est reliée au crochet de la mécanique.
Armure Manière dont les fils se croisent
Arquet Petit ressort fixé à la pointizelle. La pression de l'arquet a pour but d'empêcher la canette de se dérouler trop vite et donc de maintenir une certaine tension à la trame.
Arrétage Se dit de la délimitation exacte d'un dessin, dans l'exécution de la mise en carte
Ballot Petit poids de plomb accroché à une ficelle enroulée dans la gorge des bobines de velours pour freiner cette dernière.
Banque Planche horizontale des pieds avant du métier, située au 1/3 de leur hauteur et sur laquelle sont fixés le régulateur et les supports de rouleau avant d'entrainement du tissu.
Banquette le canut s'appuie sur une planche de bois à 45°.
Barbin Guide-fil en verre, en porcelaine ou en acier, appelée communément queue de cochon.
Bascule (de rouleau) Système de frein de rouleau permettant de régler la tension de la chaîne. Il en existe plusieurs types : bascule romaine, à besace, à savoyard, montante...
Bascule de mécanique Barreau de fer de section carrée comportant à une extrémité la poulie de bascule reliée par une corde de chanvre à la marche et à l'autre extrémité un manchon de bois et une courroie comportant un crochet métallique pour soulever la caisse de la mécanique.
Battant Pièce mobile supportant le cylindre de la mécanique Jacquard
Battant Pièce en bois dur, généralement du noyer, mobile et suspendue à la traverse porte-battant. D'un coup de battant, le canut serre le dernier coup de trame contre le précédent. La masse du battant est la traverse inférieure du battant, sur laquelle est fixée la verguette (en buis large d'environ 3 cm) sur laquelle roule la navette. La poignée du battant est la partie amovible chapeautant le peigne et que l'on tient en main pour manoeuvrer le battant. Les lames sont les deux montants droit et gauche du battant.
Besace Caisse en bois recevant des poids de charge dans le système de freinage du rouleau arrière dit "à besace".
Bistanclac C'est l'onomatopée imitant le bruit d'un métier à bras en action.
Bistanclaque Sous cette orthographe c'est aussi le nom donné au métier à bras lyonnais.
Bloque-marche Simple ferrure horizontale fixée près du sol et permettant de bloquer la marche en position enfoncée, c'est à dire mécanique Jacquard levée et foule ouverte. Ceci est utile pour effectuer des réglages sur le métier ou sur la mécanique Jacquard.
Bois On nomme ainsi des pièces de bois ou de métal fixées de part et d'autre du métier sur les banque des pieds avant et destinées à arrêter net la frappe du battant en bloquant celui-ci. On dit alors battre sur bois. Ce système est utilisé pour un battage régulier dans des tissus légers ou les taffetas. Il est souvent associé à l'utilisation d'un marcheur.
Bouchon Inégalité des matières textiles
Bouton Le bouton est la poignée fuselée sur laquelle on tire pour commander le chasse-navette qui projette la navette d'un bord à l'autre. C'est aussi l'ensemble de ce système de jet de la navette.
Brancard Bâti placé sur les estases du métier, servant à supporterla mécanique Jacquard
Bref Voir armure
Bricotteaux Leviers pour la levée ou le rabat des lisses (cadres)
Brin Synonime de brin : un organsin 2 bouts 20/22 deniers
Broche Axe de rotation de la canette à l'intérieur de la navette ou axe de support de bobine ou roquet.
Cafard Le cafard est un oeilleton en verre placé sur une maille coton et comportant plusieurs trous pour passer plusieurs fils de chaine.
Caisse Assemblage des 4 pièces mobiles de la mécanique Jacquard qui supportent les lames de la griffe.
Canard Sorte de couvercle en quart de cercle pour épouser la forme du rouleau arrière et disposé sur la partie exposée de ce rouleau. Il sert à protéger cette partie sensible des risques de dégats dus par le passage du canut à l'arrière du métier. Il faut savoir qu'à cause de leur encombrement, les métiers étaient disposés les uns derrière les autres, espacés de quelques dizaines de centimètres seulement entre l'avant d'un métier et l'arrière d'un autre. Se faufiler entre les métiers impliquait le risque d'accrocher malencontreusement le rouleau arrière.
Canne d'enverjure Baguette de bois dur (poirier) permettant de conserver la croisure des fils de chaîne sur la longueur du métier. Appelée aussi verge.
Cantre Dispositif supportant des bobines, des tubes, des roquets, qui comporte des broches et permet le bon déroulement des fils. Cantre d'ourdissage, de canetage, de dévidage, de velours.
Canut, Canuse Tisseur lyonnais. A Lyon, le terme de tisserand n'est pas utilisé, on dit un tisseur ou une tisseuse (canut ou canuse). Des polémiqueurs vous diront qu'il ne faut pas employer le terme de canut qui était péjoratif au milieu du XVIIIème siècle, (bien qu'il ne soit avancé que des hypothèses qui semblent fantaisistes sur l'origine du terme). Depuis, le tisseur lyonnais a gagné ses lettres de noblesse, et fier de son art, il revendique haut et fort cette appelation de canut...
Canuserie Tout ce qui concerne le canut. Le fabricant, ne voulant prendre en compte des problèmes techniques du tisseur aurait dit : "Débrouillez-vous, je ne veux pas savoir, c'est de la canuserie et cà ne me concerne pas...". Ensemble des astuces du canut pour effectuer son travail ou réparer ses outils. Cette expression à une trés forte conotation "système D" due aux trés faibles moyens pécuniers des canuts.
Carte Une étoffe a de la carte lorsqu'au toucher elle donne une sensation de papier fort ou de carton.
Carte C'est aussi le dessin d'un tissu lorsqu'il a été reporté sur un papier quadrillé de mise en carte qui permettra le lisage.
Carton Jacquard Carton perforé pour mécanique Jacquard. L'ensemble des cartons laçés entre eux compose la chaîne de cartons.
Cassin Chassis supportant un grand nombre de poulies guidant les cordes supportant les lisses (cadres)
Cavalette Levier en bois permettant de faire lever les lames (cadres).
Cerceau Cintre formé par des tringles, servant à soutenir les cartons et disposés de manière à faciliter leur ployée lors du tissage.
Chaîne Fils dans la longueur du tissu. Réunion de ces fils par l'ourdissage
Chapeau Pièce supérieure de la mécanique Jacquard
Chasse Donner ou enlever de la chasse, c'est faire partir la navette plus ou moins rapidement.
Châsse Logement de la canette dans la navette.
Chef Grosse trame ou inscription marquant le début et la fin d'une pièce de tissu.
Chelu lampe à huile et mêche en fer blanc ou en laiton que les canuts suspendaient au-dessus du métier pour éclairer l'ouvrage, avant que ne se répande l'éléctricité.
Chemin Dans un tissu façonné, c'est une répétition du motif. Le tissu est à un chemin si le dession occuppe toute la largeur du tissu. Il est à 2 ou 10 chemins si le motif se répète 2 ou 10 fois dans la largeur du tissu.
Cheville Pièce de bois fixée au pied avant du métier dont le canut se servait comme d'un levier pour faire tourner le rouleau avant au fur et à mesure du tissage. Elle fut ensuite remplacée par le régulateur.
Chien Petite pièce d'acier entrainant les roues dentées du régulateur.
Christelle Cordelette qui permet de maintenir l'écartement des mailles sur les remisses coton
Clefs Les clefs sont les 2 traverses horizotales supérieures du métier à bras lyonnais.
Clinquette Pour fabriquer des articles trés légers, il est nécéssaire que le battant frappe trés légèrement la trame. Un système de clinquettes permettait cette légèreté du coup de battant en l'amortissant.
Colonel Pièce de bois trés mince, profilée en U, de la longueur du peigne et qui recouvre le peigne, une au-dessus et une au-dessous.
Collet Boucle de cordelette terminée par un petit mousqueton. Le collet est suspendu au crochet de la mécanique, tandis qu'au mousqueton est accrochée l'arcade ou corde.
Colletage Opération qui consiste à attacher les arcades ou cordes aux collets d'une mécanique Jacquard
Composteur Baguette de bois dur servant à retenir la pièce de tissu dans le rouleau avant qui comporte une rainure pour l'accueillir. Servait aussi à maintenir la croisure ou envergeage des fils de chaîne. Se différencie des cannes par la grosseur : diamètre d'environ 1 cm pour le composteur et 3 cm pour la canne d'enverjure qui elle a ses extrémités en forme d'ogive alors que le composteur a souvent ses extrémités coupées net.
Compte Nombre de fils au cm ou au pouce que comporte une chaîne, nombre de dents au cm ou au pouce que comporte un peigne, etc...
Compte-fils Petite loupe pliante en trois parties de laiton ou d'acier que l'on pose sur le tissu pour voir le nombre de fils et de duites au cm. Appelé ausse compte-fils.
Conducteur Arc de cercle en laiton fixée au flanc de la navette et comportant un système de tension ou freinage du fil de trame composé du tendeur et de ses anneaux.
Contresempler Disposer un motif en quinconce
Corde Voir Arcade
Cordons Les cordons forment les lisières du tissu. Fils solides (doublés), supportés par les restaings (bobines à grosses joues en forme de poulie), ils ont leur propre tension et leur propre système de frein par cordelettes et poids.
Cordelines Similaires aux cordons, elles viennent encore renforcer la stabilité des lisières et comportent généralement un seul gros fil de coton trés solide et trés tendu. Le support des cordelines sont de petites bobines à velours nommées roquetains
Corps Assemblage des maillons garnis, pendus et appareillés chacun à leur arcade respective
Coup Passage d'un coup de trame (ou duite)
Crapaud Défaut sur le tissu quand un ou plusieurs fils de chaîne ne se sont pas levés (ou baissés).
Crapaud de marche Support de fonte fixé au sol sur lequel s'articule l'éxtrémité des marches (pédales)
Cristelle Ficelle servant à fixer les mailles coton des lisses et à les maintenir dans leur longueur
Crochet Le crochet est utilisé pour passer les fils de chaîne dans les mailles et également le fil de trame dans les tendeurs de la navette
Crue (soie) Soie teinte sur son grès et présentant un aspect mat. La solidité de la teinture est faible et on ne l'utilise que dans l'ameublement.
Cuite (soie) Soie teinte après décreusage
Culotte Demi-lisse à maille simple (articles gazes)
Cylindre Pièce de la mécanique Jacquard qui plaque les cartons contre les aiguilles. Curieisement, le cylindre n'est pas cylindrique mais a une section carrée...
Débanquage Roquets peu garnis de matière; restes des fils d'une chaîne après l'ourdissage
Denier (d) Poids en frammes de 9000 mètres de fil (voir Tex).
Dévidage Opération qui consiste à enrouler le fil provenant de flottes (échevaux) ou de cônes sur des bobines ou des roquets, à l'aide d'une machine nommée banque à dévider.
Disposition Indication écrite, avec ou sans plans, relative aux opérations de fabrication : ourdissage, remettage, empoutage, montage, etc.
Doublage Assemblage de 2 ou plusieurs fils de chaîne ou de trame
Dresse Manière de placer le fer pour la formation du velours coupé
Duite Voir Coup
Eboulage Affaissement d'un bord de la canette
Egancette mèche de fils de chaîne après passage au peigne. Les égancettes sont entaquées sur le rouleau avant. Ficelles disposéesde manière à pouvoir commencer une chaîne sans entaquage.
Elastique Ressort de laiton en spirale, situés dans l'étui de la mécanique Jacquard et repoussant le talon des aiguilles.
Embuvage La longueur d'un tissu fini est toujours inférieure à la longueur de la chaîne car le croisement des fils avec la trame consomme de la longueur. Cette différence est l'embuvage et s'exprime en pourcentage.
Empoutage Passage des arcades d'un façonné dans une planche percée de nombreux trous (planche d'empoutage).
Entaquage (étanquage) Les égancettes sont entaquées sur le rouleau avant à l'aide d'une baguette d'entaquage introduite dans la rainure du rouleau.
Epinglette Petite broche de fer, passant dans le talon des aiguilles et fixée à l'étui (mécanique Jacquard)
Epluchoir Sorte de poinçon métallique permettant de manipuler les fils de chaîne ou de trame dans la façure sans les écorcher. L'épluchoir prend place sur le montant vertical droit du battant (pour les droitiers) afin d'être toujours à portée de main.
Espolin Trés petite navette mesurant moins de 10 cm, sans roues et utilisée dans les tissus brochés comme les brocards d'or et de soie.
Esquisse Représentation d'un dessin, sur papier non réglé, indiquant la dimension réelle ou proportionnelle que le dessin devra avoir après le tissage
Estases Longerons du métier à bras lyonnais
Etui Boitier renfermant les élastique (mécanique Jacquard)
Façure Partie tissée de l'étoffe sur le métier comprise entre le début d'enroulement du tissu sur le rouleau avant et la dernière duite tissée.
Fausse-lisse Sorte de peigne, mais constitué en fil de lin, servant à séparer les fils qui appartiennent à une même dent, ou bien encore au dégagement des tenues.
Fer de velours Fine baguette de laiton que l'on utilise dans le tissage des velours aux fers. Les fers ronds permettent de faire le velours frisé et les fersrainurés guident l'outil tranchant (rabot) qui sectionne les fils du velours coupé. Les fers sont tissés comme des trames.
Fil de tour Fil de chaîne qui, par une combinaison particulière, exécute lors du tissage, un croisement alternatif à la droite et à la gauche d'un fil fixe (gaze anglaise)
Fil droit Fil immobile contourné par le fil de tour dans la gaze anglaise
Flotte Synonyme d'écheveau
Forces Sorte de ciseau à ressort utilisés pour couper les fils de soie.
Foule Ouverture produite par l'écartement des nappes de chaîne et par où l'on introduit la navette
Fourchette Outil pour redresser les crochets qui viennent à se courber à l'intérieur de la mécanique Jacquard
Frappe Action du peigne qui tasse la trame
Fuseau Le fuseau est une tige de métal qui leste l'arcade et sa maille par le bas
Galet Poulie sans rainure, placée dans l'enfourchement de la vis de presse (mécanique Jacquard)
Gareur C'est le mécanicien qui règle et répare les métiers à tisser
Guimperie Profession qui consistait à enrouler la dorure autour d'une âme (fil) de soie, pour être utilisé dans le tissage des fils d'or ou d'argent.
Guindre

Support des flottes (écheveaux) dans la banque à dévider. Le guindre se compose de deux rouleaux légers.

Harnais Ensemble des cordes ou arcades soulevant les fils de chaîne sur les métiers de façonnés.
Impanissure Souillure, tache sur le tissu ou le fil.
Jointe Nom des roquets et du fil de soie qu'il porte disposés çà et là à portée de main pour réparer des filsde chaîne cassés ou écorchés.
Jumelles Parties montantes de la mécanique Jacquard
Lame Voir Lisse
Lanterne Pièce en fer au moyen de laquelle le cylindre opère son mouvement de rotation
Lat C'est la navette et sa duite lorsqu'elle est utilisée. Par exemple un tissu 3 lats demande l'utilisation de 3 navettes.
Lisage Le lisage consiste à lire la carte du dessin et perforer les cartons
Lisse Pour beaucoup de tisserands, les lisses sont les tiges métalliques comportant en leur centre un maillon, et placées sur les cadres. A Lyon, on les nomme mailles alors que l'on nomme lisses les cadres lorsque les mailles sont en fil, toutes enfilées en haut et en bas sur des règles de bois fines nommées lisserons.
Lisseron Voir Lisse
Longueur Partie de la chaîne sur le métier, située entre le rouleau arrière et le corps de remisse.
Loquet Crochets servant à faire opérer la rotation du cylindre
Lunette Accessoire permettant de suspendre les cannes d'enverjure durant le remettage
Maille Voir Lisse
Maillon Petit ovale de verre ou métal ayant au moins 3 trous.
Main Réunion de 4 pantimes
Manchon Ensemble des cartons laçés de la mécanique Jacquard
Marche La marche est la pédale en bois permettant d'actionner la mécanique Jacquard (donc la lève des fils et l'ouverture de la foule), ainsi que l'avancée du régulateurs et autres accessoires éventuels.
Marcheur Accessoire facultatif commandé par la marche (pédale) et permettant de repousser le battant vers l'arrière. Il est utilisé comme aide dans le cas d'un battant trés lourd ou pour permettre une meilleure régularité dans le mouvement du battant pour des unis délicats comme le taffetas.
Marchure Voir foule, pas
Masse Traverse inférieure du battant
Matrice Ensemble de 2 plaques d'acier d'un cm d'épaisseur, comportant un nombre de trous égal à celui d'une mécanique Jacquard. L'une des plaques est fixée sur un socle de bois, tandis que l'autre est amovible. On place un carton Jacquard vierge entre les deux plaques et l'on fait les trous dans le carton à l'aide d'un emporte-pièce de même diamètre que les trous.
Mécanique Jacquard Inventé en 1804 par Joseph Marie Jacquard la mécanique Jacquard est un appareil de lève des fils en bois comportant 104 ou 208 crochets pour l'armuré ou plusieurs milliers pour le façonné et utilisant des cartons perforés. Par extension, toutes les familles de mécaniques métalliques reprenant ce principe, telles les mécaniques Verdol, Vincenzi et autres (la Vincenzi n'a pas une bonne réputation). Seul le canut, tisseur à bras fait une véritable distinction entre ces machines réalisant la même fonction selon le même principe.
Médée Espace de la chaîne compris entre le peigne et le corps de remisse.
Mise Portion de chaîne
Mise en carte Opération qui consiste à reporter sur un papier quadrillé le dessin d'un tissu.
Mise en corde Disposition organisée pour servir de prolongement à une chaîne lorsqu'elle arrive à sa fin
Montage Tout ce qui est relatif à l'organisation d'un métier
Musette Demi-portée ou 40 fils de chaîne pour la soierie
Nouage Opération qui consiste à nouer, un par un, tous les fils d'une chaîne qui termine, à ceux de la chaîne qui lui succède.
Oreillons Supports du rouleau arrière, fixés sur les deux pieds arrière du métier et généralement réglables en hauteur par tige filetée.
Ourdissage Opération qui consiste à former des nappes de fils d'un nombre et d'une largeur donnée sur un ourdissoir, à partir de bobines. La chaîne une fois ourdie est pliée, c'est à dire enroulée sur un rouleau (ensouple) puis fourni au canut.
Ourdissoir Appareil servant à pratiquer l'ourdissage. Différents types d'ourdissoirs furent utilisés au fil du temps : manuel ou mécanique, vertical ou horizontal il s'agit toujours d'un tambour sur lequel on prépare la chaîne avant le pliage (disposition sur le rouleau arrière du métier).
Panaire Morceau de peau servant à protéger l'étoffe durant le tissage au niveau du rouleau avant, là ou le ventre du canut peut entrer en contact avec la pièce de tissu.
Pantime Réunion de plusieurs flottes de soie
Pas Voir foule
Passette Petit crochet utilisé pour passer les fils dans le peigne
Peigne Pièce du métier : réunion de fines lames métalliques disposées comme les dents d'un peigne et encochées dans un bâti. Entre ces dents passent les fils de la chaîne. Le peigne sert à maintenir la chaîne dans la largeur du tissu et à les tenir parallèles et à égale distance les uns des autres. Il sert également, lors du coup du battant qui le supporte, à tasser la trame contre la façure du tissu.
Pièce Chaîne entière, tissée ou non
Pince Lame tranchante faisant partie du rabot pour couper le velours. Par la suite, la pince, était remplacée dans le rabot par un fragment de lame de rasoir (Gilette)
Pincettes Outil à deux branches faisant ressort (pinces). L'autre coté est une sorte de poinçon (épluchoir). Utilisé pour détisser par exemple
Piquage au peigne Passage des fils de chaîne dans les dents du peigne.
Planche à collet Planche percée supportant les crochets de la mécanique et dont les trous servent au passage des collets
Platine Lingot de fer d'une épaisseur d'environ 1 cm et variable de dimension, percé à une extrémité et utilisé comme poids pour tirer un élément vers le bas en le plombant. Par exemple une platine est fixée en bas de chaque extrémité des cadres de mailles par l'intermédiaire d'une petite cordelette.
Plot Pièce de l'ourdissoir vertical coulissant sur un montant vertical et guidant les fils dans leur enroulement sur le tambour.
Poignée Partie supérieure mobile du battant qui recouvre le peigne
Pointizelle Broche en fer, armée de deux ressorts (arquets), et servant d'axe à la canette, dans la navette.
Ponteau d'appui Les ponteaux, permettent de caler les métiers et rejoignent les estases, traverses supérieures longitudinales et horizontales.
Ponteler Fixer solidement un métier à tisser en le reliant les estases aux murs et/ou au plafond par despontaux, poteaux de bois (plus ou moins 7 cm x 7 cm) afin de supprimer les vibrations ou déplacements intempestifs. Certains tissus nécessitent l'utilisation d'un battant de 50 kg et plus et d'une frappe violente (coup de battant sur la façure).
Portée Ensemble de 200 fils de soie
Quart de pouce Petite loupe pliante en trois parties de laiton ou d'acier que l'on pose sur le tissu pour voir le nombre de fils et de duites au cm. Appelé ausse compte-fils.
Questin ou caissetin Boîte carrée munie d'un couvercle à charnières et situé contre les deux pieds avant du métier sur les banques. L'un servait à stocker les canettes garnies, et l'autre les quiaux vides. La face avant des questins était amovible par coulissement vertical pour le nettoyage de l'intérieur de ceux-ci.
Quiaux Tuyau de la canette. En principe le terme canette désigne un quiau ou tuyau rempli de trame. Par extension on a malencontreusement pris l'habitude de nommer canette le tuyau, qu'il soit plein... ou vide.
Rabot Voir Fer de velours
Rat (ou taquet) Petite pièce coulissante de bois dur placée dans la boite à navette et équipée d'une pièce de cuir assurant la réception et le renvoi de la navette à l'aide de la corde de chasse.
Ratière Sorte de mécanique d'armure trés inférieure utilisée pour les tissus armurés (non façonnés)
Réduction Nombre de duites au cm ou au pouce
Régulateur Ensemble d'engrenages mis en mouvement par la mécanique à chaque appui sur la marche et permettant d'enrouler régulièrement le rouleau de tissu en tirant la chaîne en avant. Le choix de la roue à rochets (nombre et taille des dents variables) se fait en fonction du nombre de duites au cm du tissu à réaliser.
Remettage Opération qui consiste à faire passer chaque fil de chaîne dans les mailles du remisse.
Remisse Ensemble des lisses ou cadres d'un métier. Terme complet : corps de remisse.
Remondage Cette opération consiste à réparer ou changer des portions de fil abimées dans la longueur de la chaîne. Pour celà, le tisseur dispose toujours à portée de main au-dessus de la chaîne, de roquets contenant du fil de soie prévu à l'usage de ces réparations. On a coutûme d'appeler chacun de ces roquets une jointe.
Restaing Les restaings sont de grosses bobines à grosses joues en forme de poulies sur lesquels on enroule les fils de lisière (1/2 à 1 cm de large environ) comme des chaînes indépendantes. Ces restaings ont leur propre système de freinage pour la tension (par cordelette et poids). Les lisières aident à garder une largeur constante au tissu en empêchant de trop tirer sur les trames (retrait).
Retrait Le retrait est la différence entre la largeur de la chaîne et la largeur du tissu fini, qui est inférieure (voir embuvage). Le retrait s'exprime en pourcentage.
Roquet Bobine de bois sans joue sur laquelle on enroule la soie. On fait en principe le canetage à partir de roquets et non de bobines.
Roquetain Petite bobine à velours utilisée pour les cordelines du tissu.
Rouleau Cylindre de bois sur lequel on dispose la chaîne (rouleau arrière) ou sur lequel s'enroule l'étoffe au fur et à mesure du tissage (rouleau avant ou rouleau magasin). Les tisserands les nomment ensouple arrière et ensouple avant.
Savoyard Contrepoids de rouleau magasins
Servante Accessoire utilisé au cours du remettage
Tavelle Support métallique extensible des flottes de soie au dévidage.
Tempia ou templet Système permettant de garder constante la largeur du tissu sur la façure afin d'éviter un retrait.
Tenue Lorsque deux fils de chaîne sont accrochés l'un à l'autre par un brin, un cheveu, ou toute autre cause, il s'agit d'une tenue. Lorsque la tenue atteint les baguettes d'enverjure, si elle persiste, l'un des fils va casser fatalement.
Tex (T) Nombre de grammes pour 1000 mètres de fil (voir denier)
Tirelle Partie du tissu formée par les premiers coups de navette pour lier la chaîne et la trame. Cette partie inutilisable est indispensable pour permettre au tissu de prendre sa largeur, et aux fils de chaîne de se régulariser en tension. On utilise tout d'abord à cet effet une trame trés grosse.
Tissu uni ou armuré Tissu utilisant jusqu'à 32 cadres et produisant un effet uni ou un petit motif géométrique selon les possibilités de ces 32 cadres.
Tissu façonné Utilise une commande (lève) indépendante de chaque fil de chaîne (à l'aide d'une mécanique Jacquard) permettant la production de tout motif même extrêmement compliqué et figuratif.
Tordeuse Ouvrière qui effectue le tordage des chaînes.
Tors ou Toron Raccord de deux fils par tordage
Trafusoir Instrument pour mettre en ordre une flotte de soie. En haut d'un pilier de bois, une longue cheville de bois dur transversale recoit la flotte. On passe les deux avant-bras dans la flotte et on frappe la flotte des avant-bras tout en la faisant tourner sur le trafusoir, afin de la déméler ou de la mettre en ordre avant de la dévider.
Trame C'est le fil délivré par la navette et qui court dans le tissu d'une lisière à l'autre en s'entrecroisant avec les fils de chaîne.
Valet Accessoire utilisé au cours du piquage en peigne
Valet Arrêt à ressort servant à fixer la position du cylindre de la mécanique aussitôt qu'il a opéré son quart de tour
Vautoir Sorte de rateau répartissant les fils au moment du pliage de la chaîne.
Verge Voir Canne d'enverjure