Retour

Lisage de cartons 104 Jacquard


Le lisage des cartons 104 consiste à percer les cartons pour la mécanique 104,

à l'aide d'une "matrice", en fonction de l'armure qui va être utilisée.

Le carton est serré entre les 2 plaques et les trous sont percés à l'aide d'emporte pièces. En utilisant des plaques matrices le percage se fait avec un maillet. Pour percer une armure donnée, il faut connaître le garnissage et le colletage de la mécanique c'est à dire la place qu'occupent les aiguilles commandant les crochets en relation avec les lisses. Les cartons percés sont numérotés du coté de la lanterne (coté droit du carton) puis enlacés, c'est à dire reliés les uns aux autres par des lacettes ou de la corde d'enlaçage que l'on passe dans les trous extérieurs percés à coté des trous de pedonnes.

Perçace des cartons à l'aide d'une matrice 104

 

Ici, le cas est un peu spécial car on désire utiliser une mécanique 104 tout à fait particulière : une mécanique à accrochage. Cette mécanique est destinée à la fabrication des étoffes dites "bayadères" (rayures ou bandes horizontales) et des étoffes à carreaux, dans lesquelles plusieurs armures se succèdent à tour de rôle d'après des combinaisons diverses.

Dans ces tissus, le rapport peut se développer sur un nombre de coups considérable (2 à 3000 par exemple dans des foulards). Construits par les moyens ordinaires, ces rapports nécessiteraient des chaînes de cartons trés encombrantes et trés coûteuses alors qu'avec des mécaniques à accrochage, le nombre de cartons se trouve extrêmement réduit.

Ces mécaniques (qui peuvent par ailleurs être utilisées comme une mécanique ordinaire) ne sont garnies que d'une seule rangée d'aiguilles. La grille est mobile verticalement sur 4 positions différentes, et peut donc se positionner en face de chacune des 4 rangées de trous du cylindre, au moyen d'un système mis à portée de main du tisseur.

Il s'en suit qu'en utilisant chaque rangée de trous pour le piquage d'une armure différente, on peut à volonté sélectionner les cadres d'après l'armure choisie en positionnant la rangée d'aiguille en face de la rangée de trous appropriée et passer d'une armure à l'autre.

En conclusion, nous avons 4 mécaniques en une seule ou encore, pour obtenir ce résultat, il faudrait disposer de 4 manchons de cartons différents, et monter sur la mécanique remplacer les cartons à chaque changement d'armure.

Nous décrirons plus tard cette mécanique spéciale, à l'aide de photos, car nous avons la chance de posséder une telle mécanique, datant de 1876, en cours de nettoyage et de réglage.

 

Voici les 8 cartons nécessaires à nos 4 armures :

Armure 1 : taffetas, rapport sur 2 coups (cartons 3,5,7 = 1, cartons 4,6,8 = 2)
Armure 2 : fantaisie sur 8 coups
Armure 3 : fantaisie sur 8 coups
Armure 4 : satin de 8 léger sur 8 coups

 

Dans ces croquis, nous trouvons les 4 armures :
De haut en bas, le taffetas, le fantaisie 1, le fantaisie 2, et le satin.
En rouge, le rapport (répétition) de chaque armure.

Remettage amalgamé sur 8 cadres.
Les lisières ne sont pas représentées.

Ce tracé d'armure vous déconcerte peut-être si vous utilisez un métier à pédale.
Il est réalisé dans le mode "Liftplan" présent dans la plupart des logiciels (ici PCW Fiberworks).
Nous étudierons ailleurs ce mode de traçé, mais le simple
croquis ci-dessous devrait déjà vous permettre de comprendre ce tracé :