Retour

 

     
 

 

La fibre de lin est le produit du décortiquage, du broyage et du teillage de l'écorce de cette plante. Le lin est originaire de la Haute Asie, d'où il se serait propagé vers l'est dans l'Inde et la Chine, et vers l'ouest en Egypte, puis en Europe. Il est certain que les bandes qui enveloppe les momies sont faites de lin. Cinq mille ans avant J-C, on fabriquait en Egypte des tissus de lin d'une trés grande finesse et d'une régularité parfaite. Les étoffes qui enveloppent les momies du tombeau du roi Zer comptent 60 fils et 48 duites au centimètre. Nous savons cela grâce à la qualité remarquable de conservation du lin presque imputrescible.

Les appellations sont :

La toile : expression générique appliqué à des tissus de diverses matières dont on fait suivre le nom par celui de la matière qui les composent ou de l'usage de destination : toile d'Armentières, toile d'Irlande, toile à voile, toile à matelas.

La toile de lin ou toile pur fil se fait dans des qualités trés variées; on distingue cependant les toiles de lin et les toiles d'étoupes. Pour les premières on utilise le coeur du lin, c'est à dire le lin peigné, épuré en finesses variées. Pour les secondes on utilise les étoupes, fils fabriqués avec les résidus et déchets du peignage.

La toile demi-lin est un tissu en chaîne lin et trame étoupe.

En Picardie et en Bretagne, on fabriquait des toiles de gros lin dites toiles de ménage. Les cretonnes, dont le nom provient d'un fabricant de Lisieux, étaient faites de lins récoltés dans le département du Nord. Depuis, les cretonnes devinrent des toiles de coton.

La Normandie produisait les toiles de Fécamp ou toiles Guibert, et des toiles bleues désignées sous le nom de pied de lin, ainsi que des toiles à coller pour tapisserie et tentures. Certaines grosses toiles d'étoupes fabriquées dans Amiens et ses environs prenaient le nom d'Etramées et étaient utilisées pour la confection des sacs à farine.

Mais les plus belles, les plus fines et les plus légères étaient tissées dans le Cambrésis : les batistes.

Le lin est une plante annuelle de la famille des linées, qui demande des terres légères mais profondes et fraîches.

Il y a deux variétés de lin : le lin d'hiver, semé en automne est une plante robuste cultivée dans le Midi de la France. L'autre, dite lin d'été est semée en avril/mai et provient du nord de la France.

Le lin arrivé à maturité est arraché, plante et racines, puis mis en petites bottes et séché sur place, et engrangé avant les opérations suivantes :

L'égrenage qui procède à la séparation des graines et des tiges.

Le rouissage : l'écorce est formée de fibres, de paille et de matière collante gommo-résineuse. L'opération de rouissage consistera à débarasser l'écorce de cette matière collante ce qui permettra ensuite de dégager la fibre de la paille par des opérations mécaniques. Il y a 4 modes de rouissage :

Le rouissage à l'eau pour les lins de qualité. Il consiste à tremper le lin, rangé dans de grands baquets en bois, pendant 15 jours dans la rivière, à deux reprises avec un séchage au soleil entre les deux trempages.

Le rouissage à l'eau stagnante ou en routtoire employé soit pour des lins moins beaux, soit pour obtenir des fibres plus douces mais moins résistantes.

Le rouissage sur prés ou à terre qui fait subir au lin alternativement les effets de l'humidité du sol et de la chaleur du soleil. Ce sont surtout les gros lins qui étaient rouis à l'aide de cette méthode.

Le rouissage en bassins plus rapide (12 heures contre 30 jours pour le rouissage à l'eau vu précédemment) mais guère recommandé pour les lins fins.

Le teillage consiste à séparer la fibre de la paille. Il se décompose en deux phases : Le broyage écrase les tiges, broie la chènevote de la paille et dégage la fibre, et le teillage proprement dit, qui expulse la paille pour ne garder que les longues fibres qui seront encore épurées par des peignages grossiers. Tout ceci nous donne le lin teillé ou filasse qui partira à la filature.

100 kg de lin en paille donnent 15 kg de lin teillé.
100 kg de lin teillé donnent 68 kg de lin peigné.