Retour

Métier à la tire

 

 

 

Avant l'invention de la mécanique Jacquard, au début du XIX° siècle, les tissus façonnés étaient réalisés sur des métiers à la tire. Si de nombreux ouvrages de vulgarisation y font allusion, peu le décrivent au néophyte, pour ne pas dire aucun en langue française...

Nous allons donc ici remédier à cette carence en nous appuyant sur les croquis de l'excellent auteur anglais qu'est Luther Hooper, tirés de deux de ses ouvrages : "Silk,its production and manufacture", et "The new draw-loom", paru à Londres en 1932.

 

Le croquis de base du métier à la tire est celui-ci. Le tissu esr représenté en H.
On voit que par souci de clarté ne sont représentés que le premier fil de chacun
des quatre chemins (le motif est répété 4 fois sur la largeur du tissu). Ces 4 fils font
donc exactement le même travail. Ils seront levés ensemble et donc les 4
mailles (lisses) correspondantes G sont attachées en D à la même corde de rame B qui
passe sur une poulie C. Une corde de semple A est raccordée à la corde de rame B pour
permettre au tireur de lac de tirer sur cette corde de rame B. On voit donc parfaitement
clairement que si l'on tire sur la corde de semple A, le premier fil des 4 motifs va lever.


 

Dans la figure précédente, on avait représenté, par souci de clarté, une seule corde de semple A,
commandant les 4 fils G, premiers fils de chaque chemin du tissu H. Ici nous voyons à droite le
motif composé de 15 fils et à gauche nous voyons les 15 cordes de semple verticales nécessaires à commander
ces 15 fils du motif. Si on se reporte au croquis précédent, on comprendra que chacune de des 15 cordes
de semple sera raccordée à 4 fils de chaîne. Jusque là tout est clair ...

Nous comptons 15 fils de chaîne et 16 trames constituant notre motif sur le croquis de droite.
Sur celui de gauche, nous comptons 15 cordes de semples correspondant aux 15 fils de chaîne,
et également 16 lacs (ficelles horizontales bouclant sur une ou plusieurs cordes de semple) correspondant aux 16 trames.

Reprenons notre croquis, et observons le lac (ficelle horizontale) du bas. Il emprisonne la quatrième corde
de semple qui lèvera le quatrième fil de chaîne de chaque motif, comme on le vérifie bien sur le premier coup de navette du
tissu (ligne horizontale en bas du motif). Continuons en observant le deuxième lac. Il emprisonne les cordes
de semple 4 et 13, et nous vérifions en effet sur le deuxième coup de navette que ce sont bien les fils 4 et 13
qui lèvent, puis 3,5,8,9,10,11 et 14 sur le troisième coup, 1,2,5,7,8,9,10,11,12 et 13 sur le quatrième coup,
et ainsi de suite. L'ensemble des ficelles horizontales (lacs) sont attachées dans l'ordre sur une grosse corde,
ainsi le tireur de lacs n'aura t'il qu'à tirer les lacrs l'un après l'autre selon cet ordre prédéfini, pour que le
motif se constitue peu à peu au fil du tissage.

 

Maintenant que nous avons parfaitement compris le principe du métier à la tire,
voici un nouveau croquis représentant l'ensemble du système.

 

Le métier à la grande tire, comme celui de Philippe De Lasalle qui fut le plus abouti avec
son semple indépendant et interchangable qui permettait de réaliser des motifs de plus
grande étendue en hauteur en remplacant plusieurs semples les uns après les autres,
possédait 2400 cordes au lieu de 800.

 

Parmi tous les ouvrages traitant de tissage et de tissus, toutes langues confondues, les ouvrages de anglais Luther HOOPER sont de trés loin ceux qui nous ont paru :

    1. être d'une clarté limpide et trés pédagogique pour le débutant
    2. être complets en traitant d'un sujet
    3. respecter des techniques universelles et traditionnelles, du moins en Europe

     

Titres d'ouvrages de Luther HOOPER numérisés et téléchargables (format PDF PC et Mac) :

  • Weaving for Beginners
  • Tissage pour Débutants (Weaving for beginners traduit en français en 2002 par Philippe Demoule)
  • Handloom Weaving
  • The new Draw-Loom
  • Silk
  • Weaving with Small Appliances (I,II,III)

Site de téléchargement : http://www.cs.arizona.edu/patterns/weaving/books.html

ou en Europe, cédéroms auprès du CVMT