Retour


Débutants, néophytes, voici la classification des différents
genres de tissus de soie
selon L.Vignon (La soie - 1890)

Les soieries, ou étoffes dans la composition desquelles entre de la soie, se divisent en étoffes de pure soie, et étoffes de soie mélangée. Avec les étoffes de soie pure, comme avec les étoffes de soie mélangée, on peut obtenir de l'uni ou du façonné. Le premier genre de tissu est celui qui peut être fabriqué avec des lisses (cadres), tandis que les façonnés exigent des maillons et une mécanique Jacquard.

 

1- Etoffes unies

Les genres principaux sont les taffetas,
les sergés, les satins et les velours.

Les taffetas sont les tissus unis les plus simples : ce sont aussi les plus anciens, leur chaîne est levée régulièrement par moitié; mais tout en observant cette condition, il est possible d'obtenir une certaine variété d'effets. On peut employer des fils simples ou des fils doubles, tisser avec une réduction (serrage des fils) plus ou moins grande. On peut ainsi obtenir des variantes comme les Florence, Marceline, Gros de Naples, Gros de Tours, Gros d'Oran, Poult de soie. Avec une chaîne cuite et une trame souple on obtient le Faille. Le Crêpe est un taffetas tissé en écru avec une chaîne organsin trés tordue ayant subi un apprêt spécial après le tissage. La gaze et la popeline sont aussi des taffetas spéciaux.

Les sergés : Dans ce genre de tissus, la chaîne est partagée en séries d'un même nombre de fils; le sergé est caractérisé par un aspect spécial : il présente des sillons obliques traversant toute la largeur de l'étoffe. Ces sillons sont déterminés par le croisement (liage) des fils avec la trame : dans les sergés, la surface est plus brillante que dans le taffetas, parce que la chaîne ou la trame flottent sans être liée pendant une certaine longueur. Le sergé permet de tisser de nombreuses variantes dont les : levantine, batavia, virginie, ras de Saint Maur... On obtient aussi des genres trés variés en dispersant le sergé en chevrons, losanges, etc...

Les satins : Tous les satins se font par l'intermédiaire de plusieurs cadres suivant le genre de satin (ex. satin de 8, de 10, de 12...). Sur un satin de 5, on utilise des séries de 5 fils dont un seul est lié. L'aspect des satins et trés brillant parce que la lumière en tombant sur l'étoffe n'est pas brisée par un grand nombre de points de croisement. Les satins comprennent aussi un grand ombre de dérivés, les principaux, nommés satin à la reine, satin princesse, satin duchesse, satin merveilleux, alcyone, rhadamès, sont obtenus en variant le nombre de fils compris dans les séries, en augmentant ou diminuant la réduction (serrage), en faisant enfin intervenir telle ou telle qualité de matière.

Les trois types d'étoffes unies que nous venons de décrire, taffetas, sergé et satin, représentent les armures (modes d'entrecroisement) fondamentales. Elles se retrouvent seules ou combinées dans tous les tissus, qu'ils soient unis ou façonnés.

Les velours : Ce genre d'étoffes trés ancien, fabriqué d'abord à Gênes, puis à Lyon à partir de 1536, comporte deux chaînes. La première, en taffetas ou sergé, fait le fond du velours et sert à produire ce qu'on appelle la pièce. La deuxième chaîne nomméd chaîne de poil, gait un cannelé. Une tige de laiton portant une rainure est placée sous le poil de manière à le soulever. Deux fils de chaîne de fond sont intercalés entre chaque fil de poil : Le tisseur donne après chaque fil de poil trois coups de trame, puis il promène une lame fine et trés aiguisée dans la rainure de la tige de laiton (fer à velours). Les fils coupés se relèvent et ressortent en saillie sur l'étoffe tout en étant maintenus par les coups de trame donnés avant de couper. Si on enlève le fer sans couper le poil, le cannelé forme une sorte de petite boucle. C'est ainsi que l'on obtient le velours frisé, bouclé ou épinglé. Le velours ciselé résulte de la combinaison des effets des velours coupés et des velours frisés. La peluche n'est qu'un velours uni fait avec des fers trés hauts. Le poil est trés élevé, mais se tient moins ferme et tend à se coucher parce qu'il est généralement moins fourni que dans le velours. La fabrication de la peluche est beaucoup moins délicate que celle du velours, la hauteur du poil et sa tendance à se coucher dissimulent beaucoup de défauts.

 

2- Etoffes façonnées

Ils comprennent les taffetas façonnés, les damas, les satins lamés,
les droguets, les brocatelles, les brocarts.

Les taffetas façonnés embrassent tous les genres façonnés obtenus sur des fonds taffetas.

Les damas résultent de la combinaison de deux armures satin. Dan le plus simple des damas, le fond du tissu est un satin brillant éxécuté par la chaîne. Le dessin est mat, il est produit par la trame. Les damas deux faces comprennent deux chaînes de satin, dessus ou dessous, ce qui rend l'étoffe réellement sans envers. La seule différence qui existe entre les deux faces de ce damas, c'est que si d'un coté le fond de l'étoffe est cramoisi (rouge) et le dessin blanc, de l'autre coté le fond sera blanc et le dessin cramoisi.

La brocatelle est encore un damas, le dessin s'enlève en satin sur un fond fait par la trame liée en sergé. La trame de fond est choisie grosse, elle est composée ordinairement de lin, de telle sorte que le dessi satiné soit trés apparent et présente un certain relief.

Le lampas est encore un damas à fond satin, dont le dessin est fait par un taffetas d'une couleur opposée à celle du satin.

Le droguet est un façonné dans lequel le dessin est produit par un effet de poil s'enlevant sur un fond armuré quelconque.

Les brocarts : Toutes les étoffes dont le tissage met en oeuvre des fils d'or et d'argent, portent le nom de brocarts. Des tissus de fabrication trés variée figurent dans ce groupe : des étoffes à bas prix sur lesquelles apparaissent quelques fils métalliques sont des brocarts, aussi bien que les étoffes les plus épaisses et les plus riches où l'or fin est employéà profusion. On divise les brocarts, en brochés or sur fond soie, brochés soir sur fond or, ou brochés or sur fond or. Le brochage est un effet de trame qui, au lieu d'être produit comme le lancé par une seule navette, est fait par autant de petites navettes nimmées espolins, qu'il y a de chemins dans la largeur de l'étoffe et d'effets différents dans le même chemin (un peu comme la broderie).Par ce procédé on économise la matière première. De plus les brochés n'étant pas liés à l'envers, on a l'avantage de pouvoir employer beaucoup de matières, telles que l'or, l'argent, les chenilles, les gros cotons.